lundi 20 mai 2019

Laissez-moi partir




                            À Vincent Lambert






Laissez-moi partir avec dignité,
À quoi bon tout cet acharnement.
Je ne suis déjà plus de votre réalité 
Mais en route pour le dénouement. 



Un chien, mériterait-il plus de pitié 
Qu'un homme sans proche avenir ? 
Mes souffrances, vous les ignorer 
Pour me punir de vouloir partir.









Déjà, je ne suis plus…



Je ne suis qu'une image sur un lit, 
Qui vous rassure de votre existence. 
Une partie du chemin est accomplie, 
Aimez-moi, appliquez la sentence.


Résultat de recherche d'images pour "peinture euthanasie"
Lambert Sustris, La mort d'Adonis

Survivre n'est pas vivre… 

Mon trou noir est plus noir encore 
Que la mort qui m'attend au tournant. 
Je sais l'issue de notre corps-à-corps,
À quoi bon mésestimer le gagnant. 


Mon corps est devenu une épave, 
Me voilà presque au bout du voyage, 
Mais tous ces soins sont une entrave, 
Qui m'empêche de toucher le rivage.

Résultat de recherche d'images pour "peinture euthanasie" 


Offrez-moi enfin cet ultime bonheur, 

Pour vous je ne veux plus être un poids. 

Je sais les sentiments dans votre cœur, 
Mais par amour respectez mon choix. 

Libérez-moi… 

Prisonniers de votre peur de la douleur, 
Je vous demande une remise de peine. 
Pour vous ma survie n'est qu'un leurre, 
La mort déjà chemine dans mes veines.


 Résultat de recherche d'images pour "peinture euthanasie"


Libérez-moi du poids de ces chaînes, 

Plus que la mort ma survie est un faix. 

Pour moi la mort serait une aubaine, 
Je connaîtrais enfin ce qu'est la paix.


Résultat de recherche d'images pour "peinture euthanasie"


Je vous demande seulement un geste, 

Ma mort ne doit pas vous faire peur, 

Quand j'attends de vous cette funeste
Preuve d'amour de votre noble cœur.


Résultat de recherche d'images pour "peinture euthanasie" 


Cachez-moi ces larmes qui me peinent, 

Dans votre cœur, je sais mon éternité. 

Laissez-moi me retirer l'âme sereine, 
Accordez-moi cette grâce tant espérée. 


Laissez-moi partir…



Résultat de recherche d'images pour "peinture euthanasie"




et pour dédramatiser...


Image associéeRésultat de recherche d'images pour "peinture euthanasie"

Résultat de recherche d'images pour "peinture euthanasie"







Christian Bailly
Tous droits réservés
28/01/2014

lundi 6 mai 2019

Aurore



Jollen Anders ZORN












L'aurore érubescente et vaporeuse, 

Se lève sur l'onde frémissante, 

Où danse, sous la brise arrogante, 

Le reflet des joncs et d'une baigneuse. 




















Marie ange Trichereau












La nature, autour d'elle, s'émerveille, 

Tapageuse, généreuse et maternelle, 

Accompagne cet instant solennel, 

Où la beauté, dans sa fraîcheur, s'éveille. 














Jollen Anders ZORN













Les rayons nonchalants de l'astre divin, 

Caressent sa peau d'albâtre, frissonnante, 

Dansent sur ses boucles flavescentes. 




















Pierre-Auguste Renoir - Baigneuse au griffon















Insouciante des émois qu'elle suscite, 

La belle trouble l'onde cristalline, 

Devant son œuvre, Cybèle* s'incline. 
 




















*Cybèle déesse de la terre est une divinité
d'origine phrygienne importée en Grèce 
et à Rome, personnifiant la nature sauvage.


Christian Bailly 
Tous droits réservés
22/05/2016

vendredi 26 avril 2019

Quand vient le temps

Le lament d'Icare - Herbert James Draper


Quand vient le temps du dernier soupir
Baigné des larmes du regret du partir…
Quand vient le temps contraint d'abdiquer,
D'abandonner le combat pourtant acharné,
Alors arrive l'instant cruel de s'éclipser
Comme une étoile dans un ciel d'été.


Sapho à Leucade - la mort de Sapho - Jean-Antoine Gros

Quand vient le temps d'éteindre la bougie,
L'instant funeste des grandes mélancolies
De connaître de l'existence sa scélératesse,
Quand tombe sur nous le rideau de tristesse,
Alors arrive  l'instant crucial de se retirer
Comme le poète, par sa muse, abandonné.

Autoportrait avec la mort au violon
Autoportrait avec la mort ... à Arnold Böcklin

Advient l'instant amer du partage de la peine
Pour cette âme qui a trop tôt quitté la scène.
Aux survivants, le temps des afflictions,
Face à cet ineffable destin, la résignation.
Leurs éternels adieux, leur chagrin inexorable
Les preuves de leur amour incommensurable.

Le deuil d'Andromache
Le deuil d'Andromache- Jacques Louis David 
Quand passe le temps des grandes pudeurs,
De libérer les dernières vagues de pleurs,
Alors advient le temps des souvenirs,
De ses instants qui vont nous endolorir.
Alors vient le temps de veiller sa mémoire,
De ressortir les photos jaunies de l'armoire.

La mort de Hyacinthe - Giovanni Battista Tiepolo

Quand vient le temps d'apaiser sa ferveur,
Arrive l'instant de désapprendre la douleur.
Quand passe le terme de la colère légitimée,
Arrive l'instant de sublimer l'icône de l'aimée,
Arrive l'instant des douces réminiscences,
Bercées par les bonheurs en réviviscence…

The death of Hyacinth - Jean Broc

Quand vient le temps d'accepter le mystère,
Les conditions de notre passage sur terre,
Arrive ce à quoi nous sommes assignés,
Dès les premiers instants de notre destinée.
L'homme à la primauté de son intelligence,
Au prix d'avoir de sa fatalité, la conscience.

Leighton - Hercule luttant contre la mort pour le corps d'Alceste - 1871
Frederic Leighton - Hercule luttant contre la mort pour le corps d'Alceste

Quand vient le temps …
Quand vient le temps, le temps s'arrête …
Quand vient le temps, le temps s'arrête
Et puis reprend…


Madeleine MEUNIER -Passe temps
Passe temps - Madeleine Meunier

Chritian Bailly
Tous droits réservés
27/09/2014

vendredi 12 avril 2019

L'Yerres



Sous le crépuscule des aulnes argentés,
Caressant l'onde miroitante et radieuse,
Coule une rivière sereine et silencieuse,
À peine ridée par une brise enjouée.



Effleurée par les araignées d'eau,
Sur ce grand miroir aux reflets d'argent,
Libellules et demoiselles au vol hésitant,
Viennent se mirer, posées sur les roseaux.



L'azur, en percées bleutées, s'aventure,
Viens se baigner dans ses profondeurs.
Le soleil oublieux d'apaiser ses ardeurs,
Taille dans ses flots d'étincelantes ciselures.



Un héron cendré, pour un instant pétrifié,
Scrute, à l'affût de ses proies chatoyantes.
Sous le feuillage, une nuée turbulente,
Trouble la quiétude de son cours apaisé,


Là, tout à son vague à l'âme, le poète
Contemple le temps indifférent, qui passe
Au fil de l'eau, tandis que sa plume rêvasse,
Et que sa muse, inspirée et fidèle, s'apprête.


Texte et photos : Christian Bailly
Tous droits réservés
20/09/2016

mercredi 20 mars 2019

Avènement





Sous le lit de feuilles agonisantes,
J'entends, là, le bruissement furtif
D'un éveil imperceptible et chétif,
Annonciateur d'une ardeur renaissante.















Dans les bras nus et dégingandés
De nos illustres ombrages,
On jacasse tapageusement et sans ambages,
A qui mieux-mieux, de son arrivée.



























La bise, tiédie par un rayon bienfaiteur,
Courbe l'échine, se fait moins vaillante.
Elle sait son temps compté, l'arrogante !
De laisser sa place, voici venue l'heure.














L'hiver traîne les pieds et se débarrasse
A contre cœur de son manteau d'hermine.
Artiste-peintre accompli, dame nature fulmine,
Balance sur sa toile quelques tâches vivaces.
















Du blanc, au détour des jardins et des bois,
Du jaune, sur ma prairie encore endormie,
Où s'agite bruyamment l'imperturbable ennemi
De mon matou, beau merle moqueur et sournois.


En harmonie avec ce tohubohu retentissant,
Je sens fébrilement naître en moi un air de fête.
Mon sang, sans bouillir, fourmille dans ma tête,
M'assure, de son Éminence le Printemps, l'avènement.













Texte et photos : Christian Bailly
Tous droits réservés


dimanche 17 mars 2019

Ecritures

Résultat de recherche d'images pour "écrivains peintures"
L'écrivain - Peinture par Karine Lemoine

 Écrire…
Écrire avec son cœur,
Avec son corps, avec son âme,
Sans pudeur, sans fausse-pudeur,
Laisser vagabonder sa plume,
Dans la brume
De nos profonds ressentis.

Résultat de recherche d'images pour "écrivains peintures"
Olivier, Portrait de l'écrivain Dino Buzzati

Écrire…
Coucher nos maux,
Pour les exorciser,
Se découvrir impudique,
Devant cette dame blanche,
La couvrir de nos regrets,
De nos rêves déchus,
De nos espérances.

Résultat de recherche d'images pour "peinture dame blanche"
 Dame blanche à l'ombrelle -Thierry Pascon
Écrire…
Confier nos secrets,
Déclarer notre flamme,
Enterrer nos chagrins
Sous un parterre de mots,
Se réveiller, se découvrir,
Percer notre mystère.

Résultat de recherche d'images pour "écrivains peintures"
du net
 Écrire…
S'épanouir sur le papier,
Trahir nos sentiments mûris
Sous le soleil de l'amour,
Voir s'enflammer nos mots
Mettre le feu aux poudres,
À nos désirs en espoir.

Résultat de recherche d'images pour "peinture écrivain amoureux"
du net
 Écrire…
Confier nos ardeurs,
Se laisser emporter
Par la ferveur qui nous anime,
Se livrer, se délivrer
De ce qui bouillonne,
De ce qui foisonne,
De notre âme.

Écrire… Écrire… Écrire…
Et un jour, s'évanouir dans l'aube...

Tableau avec cadre: Gustave Courbet, "L'homme blesse", 71 x 56 - Aluminium Classic: Doré polie
Gustave Courbet, "L'homme blesse"

Christian Bailly
Tous droits réservés
17/09/2014

mercredi 6 mars 2019

Je pense comme je veux !

L’image contient peut-être : chaussures, plante et plein air



Je pense comme je veux !
Donc je suis !
Aujourd’hui plus que jamais...
D’aucuns diront que je n’ai pas grandi,
D’autres, que je n’ai pas mûri,
Pour à toute ignominie, ainsi faire querelle.
Peu m’importe, je préfère garder l’esprit rebelle
De mes vingt ans, à soixante-quatre ans,
Que d’avoir les tempes sans cheveux blancs,
Et penser comme un vieux rabat-joie,
Avoir l’esprit avachi d’un bourgeois.
J’ai l’esprit libre, et je m’en félicite !
Même, je le plébiscite !
Je revendique ce que je suis,
Et surtout ce que je pense ici,
Car c’est ma liberté !
J’en profite encore pendant qu’il est temps,
Pas seulement parce qu’il m’est compté,
Mais parce que notre liberté est en danger
Quoique l’on en dise...
Sur nous, ils ont déjà la mainmise…
Toujours plus de lois, pour contraindre nos libertés,
Toujours plus de bien-pensants, pour l’autocensure, l’encourager
Toujours plus d’intégrisme, pour imposer une morale douteuse,
Toujours plus de mensonges, pour embrouiller nos pensées frileuses.
Notre pensée canalisée accepte déjà des contraintes irréversibles,
Au nom de la sécurité, sous un œil soi-disant bienveillant mais impassible.
Chacun de nous a déjà son fil à la patte grâce à son portable,.
À moins de taire chacune de nos pensées, même irréprochables
Chacun de nos faits et gestes peuvent être suivi sur la toile,
Dont peu à peu, « pour notre bien », ils lèvent le voile.
Elle s’est tissée sur nous au nom du partage des connaissances,
De la pensée universelle, de la culture et de la science,
Mais en vérité…
Nos choix sont exploités,
Nos achats sont analysés,
Nos comptes sont épluchés,
Nos images sont étudiées.
Nos paroles sont interprétées,
Notre vie, par le menu, est décortiquée
Le moindre click de souris alerte Lucifer…
Bienvenu en enfer !
« Le meilleur des mondes » est en marche…

Résultat de recherche d'images pour "1984"

Résultat de recherche d'images pour "1984"

Résultat de recherche d'images pour "le meilleurs des mondes"


Christian Bailly
Tous droits réservés
06/03/2019